Psychosomatique intégrative

En bref

La psychosomatique pour tou·te·s :

eye-211610_1920La psychosomatique est un point de vue thérapeutique qui aborde la santé de l’individu de manière globale en prenant en compte ses dimensions physiques, psychiques et environnementales. Elle permet de mettre en lien les différentes sphères de vie de chacun·e afin de mieux le·la comprendre et ainsi proposer le traitement le plus adapté. Elle s’adresse à toutes personnes : enfant ou adulte, quelque soit sa condition.

Cette position thérapeutique est plus souvent prise par les psychothérapeutes (psychologues, psychanalystes, psychiatres). Pour les autres professionnels de santé comme les ostéopathes, la psychosomatique permet de mieux comprendre la part psychique d’un trouble somatique, afin de traiter le·la patiente de façon plus adaptée.

Quand est-il utile d’avoir recours à cette approche en ostéopathie ?

Quelques exemples avec une liste non exhaustive : crises d’angoisses régulières, troubles du sommeil, lombalgie et cervicalgie chronique… Il est impossible de donner une liste complète des indications à voir un·e ostéopathe psychosomaticien·ne, car tout symptôme peut avoir, ou non, une explication psychosomatique – si nous admettons souvent qu’il y a un conscient et un inconscient psychique, on oublie parfois qu’il y a aussi un conscient et un inconscient somatique.

Il faut comprendre que le corps a une mémoire. Par conséquent, les traumatismes vécus, de manière ponctuelle ou durable, peuvent « laisser des traces » dans le corps. Une souffrance émotionnelle peut donc avoir comme port d’attache une souffrance physique. Ainsi, c’est parfois le corps qui parle avec ses mots pour signaler une douleur, ou le souvenir d’une douleur qui a pu laisser un impact pesant dans la vie d’une personne.

Il est donc utile de consulter un·e ostéopathe psychosomaticien·ne si vous avez besoin d’une écoute particulière et d’un regard plus large que lors d’une consultation « classique » mettant d’avantage l’accent sur des approches physique et symptomatique pures – ce type de consultation ne remplace cependant pas un travail avec un psychothérapeute, mais il peut être un bon accompagnement complémentaire.

Comment ça marche ?

Dans les grandes lignes, une séance d’ostéopathie avec une dimension psychosomatique affirmée se déroule comme une consultation classique, avec quelques spécificités :illusion-23764_1280

  • Anamnèse : interrogatoire oral qui peut mettre en évidence des liens entre l’apparition de troubles physiques et des événements de vie douloureux.
  • Bilan ostéopathique : temps d’interrogation de l’unicité psychocorporelle à l’aide d’une palpation du corps – qui se fait toujours avec les mains de l’ostéopathe. Ce temps peut parfois permettre au ou à la thérapeute d’approfondir oralement l’histoire de vie du ou de la patient·e.
  • Traitement ostéopathique et psychocorporel : la principale différence avec une consultation « classique » réside ici dans le soin qu’apportera l’ostéopathe à dialoguer avec le ou la patient·e au sujet de ses tensions physiques et émotionnelles. L’hypothèse thérapeutique est la suivante : lorsque le ou la patient·e évoque oralement un évènement de vie pendant que l’ostéopathe travaille, son corps peut se libérer de certaines tensions émotionnelles – comme si le corps aussi avait besoin de s’exprimer sur le ressenti d’une situation difficile. Dès lors, la prise de conscience par le ou la patient·e d’éventuels liens entre souffrance psychique et physique peut lui permettre d’apaiser des tensions émotionnelles et corporelles.

À savoir : Je suis ostéopathe D.O. et titulaire d’un diplôme universitaire (D.U.) de psychosomatique intégrative. Pour autant, je ne suis pas psychologue ; bien que je puisse prendre en charge des patient·e·s en souffrance émotionnelle, je peux aussi les inviter à consulter un·e psychothérapeute si j’en vois le besoin.

Plus en détails :

La psychosomatique intégrative est une approche globale de la santé au carrefour de la psychanalyse, de la médecine, et des neurosciences en se référant aux disciplines telles que la psycho-neuro-immunologie, la psycho-neuro-endocrinologie, la neuro-psychanalyse, etc.

the-thinker-1144887_1280L’objectif, dans la prise en charge d’un·e patient·e ayant des symptômes somatiques, est de prendre en compte ses dimensions biologiques, psychologiques, et neuronales, mais aussi ses contextes familial et professionnel. Il incombe par la suite au ou à la thérapeute, selon sa spécialité, d’apporter le traitement le plus adapté au ou à la patient·e.

Le cursus ostéopathique comprend un enseignement psychologique, psychopathologique, et somatopsychique. Néanmoins il est intéressant « d’aller plus loin » avec, par exemple, un D.U. de psychosomatique intégrative. Ce dernier permet à l’ostéopathe d’être plus à l’écoute de l’unité psychocorporelle des patient·e·s et de travailler avec l’histoire de chacun·e – que son corps a en mémoire. Ainsi, il est possible d’apaiser des tensions émotionnelles et corporelles liées à certains traumatismes.

Pour plus d’informations :  vous pouvez consulter le site de l’Institut de la Société de Psychosomatique Intégrative.

N.B. : Pour plus de renseignements ou prendre rendez-vous, n’hésitez pas à me contacter ou aller directement sur Doctolib.